langue françaiseenglish language
  • thumbs1.jpg

    Monument

    Historique

  • thumbs2.jpg

    10 siècles

    Historiques

  • thumbs3.jpg

    Le Vaisseau

    des Cevennes

L’insertion de manière innovante - un exemple de séjour du Grand Sauvoy (2007)

"C’est en cons­trui­sant qu’ils se cons­trui­sent"

par Pierre Haltebourg (ancien direc­teur du Grand Sauvoy)

Le Grand Sauvoy a pro­posé aux per­son­nes accueillies dans son Centre d’Hébergement un nou­veau projet. Il a consisté pour un groupe de 8 per­son­nes dont 2 accom­pa­gna­teurs à par­ti­ci­per à la res­tau­ra­tion du châ­teau de Portes dans les corps de métiers tels que char­pente, tra­vail du bois, taille de pierre, maçon­ne­rie et d’emprun­ter à la fin de ce chan­tier de 15 jours le mythi­que Chemin de Stevenson jusqu’au Puy en Velay soit un peu plus de 250 kilo­mè­tres.

Avec les per­son­nes en très gran­des dif­fi­cultés d’inser­tion sociale et pro­fes­sion­nelle qui sont prises en charge au Grand Sauvoy, il est quel­que­fois dif­fi­cile d’envi­sa­ger rapi­de­ment une (re)mise en acti­vité pro­fes­sion­nelle, un retour en loge­ment tra­di­tion­nel. En effet, ces per­son­nes, jeunes pour la plu­part, ont un vécu tel­le­ment lourd, tel­le­ment dou­lou­reux, qu’il paraît sou­vent néces­saire de rompre bru­ta­le­ment avec le passé, la famille, le quar­tier, les copains, les habi­tu­des pour réus­sir son inser­tion à la fois sociale et pro­fes­sion­nelle.

Le séjour

Ce projet s’est calqué au concept du Compagnonnage. Il retrouve de nos jours tous les prin­ci­pes de base sur les­quels il s’était reposé depuis des siè­cles. Il s’agit des sept fon­da­men­taux que sont :l’accueil, le métier, le voyage, la com­mu­nauté, la trans­mis­sion, l’ini­tia­tion, le chef-d’œuvre.

Après l’accueil auprès des pro­fes­sion­nels oeu­vrant sur le site de Portes, valeur fon­da­men­tale du Compagnonnage, le métier, por­teur d’iden­tité, le voyage et ses ren­contres, la com­mu­nauté d’esprit, la trans­mis­sion d’un savoir (que chaque par­ti­ci­pant a eu la fierté de divul­guer), l’ini­tia­tion qui n’est qu’un com­men­ce­ment dans la société, les par­ti­ci­pants se sont empres­sés de s’expri­mer dès leur retour à Maxéville.

La pre­mière quin­zaine fut réser­vée au stage pro­pre­ment dit, à l’appli­ca­tion de leur sou­hait, de leur volonté. Ils ont par­ti­cipé aux dif­fé­rents ate­liers et ont pu enri­chir ainsi leurs connais­san­ces sur les tech­ni­ques ances­tra­les de cons­truc­tion.

Parmi les accom­pa­gna­teurs, un enca­drant tech­ni­que a assuré la trans­mis­sion de ses connais­san­ces et com­pé­ten­ces.

Les visi­tes en cours de chan­tier

Pendant la période de ce chan­tier, des visi­tes de sites excep­tion­nels de la région ont été réa­li­sées. Autant d’endroits riches en his­toire qui inter­pel­lent la curio­sité.

Evidemment, dans un pre­mier temps, une visite du Chantier Médiéval de Portes fut faite, afin que les jeunes enca­drés aient connais­sance de ce chan­tier dans son ensem­ble, qu’ils assi­mi­lent son fonc­tion­ne­ment, qu’ils visua­li­sent les ate­liers et qu’ils en com­pren­nent l’impor­tance dans la réa­li­sa­tion de cette cons­truc­tion hors du temps.

La marche du retour : de Portes au Puy en Velay (chemin de Stevenson)

Sur ce chemin , ils ont ren­contré des arti­sans, et des peti­tes entre­pri­ses, cela leur a permis de pren­dre cons­cience du monde du tra­vail. Des dis­cus­sions avec ces dif­fé­rents corps de métiers a engen­dré un enri­chis­se­ment de connais­san­ces. Connaissances néces­sai­res à une véri­ta­ble inser­tion pro­fes­sion­nelle.

Cette marche a servi également à faire le bilan de ces 15 jours de chan­tier et de vie en col­lec­ti­vité.

La coha­bi­ta­tion avec des arti­sans exer­çant des métiers dis­pa­rus de nos régions indus­tria­li­sées depuis des décen­nies, a sus­cité une soif de savoirs et d’échanges de connais­san­ces. Se ren­sei­gner, s’inté­res­ser, se docu­men­ter ont aboli l’igno­rance et engen­dré l’humi­lité.

L'insertion de manière innovante

Pour chaque par­ti­ci­pant, vivre l’aven­ture du voyage fut une expé­rience col­lec­tive unique et nou­velle qui a permis au groupe de favo­ri­ser les débats et l’expres­sion pour mieux vivre ensem­ble.

Il est impor­tant de tra­vailler sur la vie col­lec­tive du groupe. Apprendre à vivre ensem­ble, à res­pec­ter les dif­fé­ren­ces de chacun, c’est aussi appren­dre à vivre dans la société.

La découverte culturelle

Partir pour Portes, c’était décou­vrir un patri­moine pluri-cultu­rel, cons­truit sur une période de plus de vingt siè­cles.

Au-delà des émerveillements que sus­cite l’archi­tec­ture ver­na­cu­laire et sur­tout reli­gieuse, c’est avant tout l’appren­tis­sage des tech­ni­ques ances­tra­les de cons­truc­tion, ainsi que des ques­tion­ne­ments sociaux et cultu­rels liés à l’his­toire et à la géo­gra­phie des lieux.

Ce texte est issu du site du Grand Sauvoy