langue françaiseenglish language
  • thumbs1.jpg

    Monument

    Historique

  • thumbs2.jpg

    10 siècles

    Historiques

  • thumbs3.jpg

    Le Vaisseau

    des Cevennes

Les travaux de l'année 2009

2009_07_05_23_23_06.jpg

Une continuité dans les travaux

Fidèle à ses objec­tifs sta­tu­tai­res, RCP a orga­nisé 5 ses­sions de chan­tier de res­tau­ra­tion béné­vo­les au cours de l’année 2009, accueillant plus d’une cin­quan­taine de jeunes de 14 à 35 ans. Outre une ses­sion de chan­tier REMPART cet été, trois grou­pes de jeunes en réin­ser­tion sociale ont pris part à tra­vaux. L’accent a également été mis sur l’ouver­ture du chan­tier sur l’exté­rieur, avec des portes ouver­tes orga­ni­sées le 15 août et une soirée mou­clade réu­nis­sant les mem­bres de l’asso­cia­tion, les béné­vo­les et les habi­tants de la com­mune de Portes.

Des jeunes impliqués

Parce que la res­tau­ra­tion du Château de Portes doit également impli­quer les jeunes de nos ter­ri­toi­res, un par­te­na­riat avec le lycée d’ensei­gne­ment pro­fes­sion­nel de la Grand Combe a été mis en oeuvre afin de pro­po­ser à 12 lycéens des tra­vaux pra­ti­ques de res­tau­ra­tion, comme la maçon­ne­rie en pier­res sèches. L’année 2010 doit également per­met­tre à Olivier Naviglio, archi­tecte en chef des monu­ments his­to­ri­ques, de res­ti­tuer à l’asso­cia­tion une étude préa­la­ble qui per­met­tra au châ­teau de connaî­tre une nou­velle dyna­mi­que de res­tau­ra­tion.

Une participation active

L’orga­ni­sa­tion des ses­sions aux moyens de chan­tiers de jeunes ado­les­cents et de chan­tiers jeunes adul­tes n’a pas permis de réa­li­ser l’ensem­ble des points de chan­tier qui étaient prévus à la fin du chan­tier de 2008. Cependant la par­ti­ci­pa­tion active des jeunes et l’enca­dre­ment for­te­ment motivé ont permis de réa­li­ser dans un délai rela­ti­ve­ment court les points de chan­tier ouvert cette année.

Sol sous la gale­rie d’Anduze. Il s’agis­sait ici de démon­ter l’ancien plan­cher qui avait été ins­tallé pro­vi­soi­re­ment (mais depuis plu­sieurs années) sous la gale­rie d’Anduze. Cela a permis d’assai­nir cette partie du châ­teau en démon­tant l’ensem­ble des éléments de mobi­liers « impro­vi­sés » qui était ins­tal­lés ici. Après démon­tage, le sol a été nivelé. Un empier­re­ment a été réa­lisé. Les pier­res sont posées sur lit de sable sans mor­tier et sont sim­ple­ment rejoin­toyées.

Démontage de l’échafaudage (inté­rieur). Ce tra­vail vient finir les inter­ve­nions sur les maçon­ne­ries afin de libé­rer la cour de cet échafaudage encom­brant. Le point de chan­tier a consisté à véri­fier et finir les cou­li­na­ges réa­li­sés les années pré­cé­den­tes. Il s’agis­sait ensuite de libé­rer le pas­sage de la porte et de pou­voir démon­ter cet échafaudage. Le cintre en bois reste encore pré­sent dans l’attente d’une conso­li­da­tion défi­ni­tive de la grande arcade.

Reprise/join­toie­ment du mur Nord- Ouest de la bar­ba­cane. Les chan­tiers pré­cé­dents avaient laissé ce rejoin­toie­ment trop jaune. Le projet pré­voyait donc ici de repen­dre ce rejoin­toie­ment afin d’en atté­nuer la cou­leur. Le rejoin­toie­ment a donc été repris et pour un résul­tat tout à fait cor­rect.

Reprise et conso­li­da­tion de la tour ronde de la bar­ba­cane. Après avoir réa­lisé les années pré­cé­den­tes le net­toyage et la conso­li­da­tion par­tielle d’une partie de la bar­ba­cane, cette année, un point de chan­tier par­ti­cu­lier visait la conso­li­da­tion de la tour ronde de cette bar­ba­cane. Celle-ci pré­sen­tait de nom­breux désor­dres. Les maçon­ne­ries étaient les­si­vées, les som­mets des murs étaient tota­le­ment désor­ga­ni­sés, des pier­res de pare­ment tom­baient régu­liè­re­ment,… C’est, par ailleurs, à cet endroit que passe la majo­rité des visi­teurs pour accé­der au châ­teau. Aussi une réfec­tion sérieuse de cette partie était envi­sa­gée. Après l’ins­tal­la­tion d’un échafaudage, les maçon­ne­ries ont été tota­le­ment pur­gées. L’ensem­ble des pare­ments en place a été remaillé et rocaillé avec des pier­res de com­plé­ment recé­pées sur place. Une fois rejoin­toyées, les maçon­ne­ries ont été cou­li­nées. Cet ensem­ble est désor­mais sta­bi­lisé, il embel­lit l’arri­vée vers le châ­teau et nous invi­tera à conti­nuer l’an pro­chain vers le Sud cette res­tau­ra­tion.